Bilan après le tremblement de terre du 14 Novembre

[cml_media_alt id='1341']kekerengu2a[/cml_media_alt]

Une maison placée juste sur une rupture

Même si cette information n’est pas au coeur de l’actualité française, le tremblement de terre du 14 Novembre reste ici un évènement majeur faisant beaucoup parler de lui. Les gens se ruent sur les kits de survie et les entreprises revoient leur plans de continuité de services. Certains bâtiments récents censés résister à ce type de secousses subissent des dégâts majeurs. Le premier ministre demande des comptes aux architectes. Nous tenons à vous apporter quelques précisions sur cet évènement et vous expliquer comment le pays gère une telle situation.

[cml_media_alt id='1337']2016_kaikoura_earthquake_aftershocks[/cml_media_alt]

Séismes du 13 au 20 Novembre

Quelques chiffres : après consolidation des données de plusieurs instituts, la magnitude a été réévaluée à 7.8 sur l’échelle de Richter, ce qui classe celui-ci 2ème dans la liste des plus forts tremblements de terre depuis l’arrivée des colons en 1840 !

Le numéro 1, datant de 1855, éclata juste à côté de Wellington entre les deux îles de la Nouvelle-Zélande, il provoqua une montée spectaculaire de la région de Wellington de 8 mètres. La presqu’île de Wellington perdit sa qualité de presqu’île, une large section plane apparut, ce qui a permis de construire l’aéroport de Wellington par la suite. Même chose pour le quartier d’affaire où nous travaillons, cette zone est apparue suite au tremblement de terre de 1855, la côte ayant reculée de 300 mètres à Wellington centre.

Revenons au séisme du 14 Novembre dernier, qui dénombre malheureusement 2 morts. Nous sommes maintenant 2 mètres plus proche de l’île du Sud. Kaikoura, non loin de l’épicentre, a remonté de 5 mètres. Le séisme a fait bouger 6 failles avec une montée de 10 mètres pour l’une d’entre elle.

[cml_media_alt id='1342']anaischristopheafterquake[/cml_media_alt]

On peut voir sur cette photo la joie qui inonde Anais lorsqu’elle apprend que son bâtiment réouvre un jour avant celui de Christophe

Les deux jours suivant le tremblement de terre, les bâtiments ont été vérifiés par des ingénieurs. À Westpac, les ingénieurs sont même revenus le mercredi pour nous présenter ce qu’ils ont vus et comment ils procèdent à leurs vérifications. Et pour faire retomber les tensions, c’est glaces pour tout le monde…

Plâtriers et peintres sont venus dès le mardi pour réparer les fissures sur les murs, rien de bien méchant, la structure du bâtiment n’a pas bougé, les plaques de plâtres quant à elles fissures facilement, ce qui n’est pas dangereux. Le jour suivant des psychologues sont venus s’assurer que le personnel allait bien ; et ont notamment proposé leur aide aux parents dans l’accompagnement de leurs enfants.

De notre côté, notre propriétaire étant menuisier, il a vérifié la maison par lui-même. Bilan : seulement une soudure qui a lâché sur le tuyau d’arrivée d’eau, un plombier l’a réparé le jour suivant, rien de trop sérieux.

Plusieurs bâtiments ont été fermés en ville car ils représentent un risque d’effondrement si une réplique frappe la région. Et à cause de l’effet domino, les autorités ferment généralement tous les bâtiments autour. Deux de nos amis se retrouvent directement concernés, ils ne peuvent pas aller travailler, les mettant au chômage technique pour une durée d’un mois minimum.

La ville de Kaikoura que nous avions visitée avec Pascale et Didier, où nous nous étions extasiés devant des milliers de dauphins, est toujours inaccessible par voie terrestre. En effet, deux glissements de terrain (un au Nord et un au Sud de la ville) ont bloqué les routes côtières. L’état y a envoyé de l’aide humanitaire, beaucoup de touristes coincés ont dû être évacués par hélicoptère, puis par bateau. Beaucoup d’aide entre Kiwis, et également venant des entreprises comme Westpac qui a débloqué 100,000$. Les personnes sinistrés peuvent également emprunter à taux zéro pour leurs réparations chez Westpac. Cela fait toujours chaud au coeur de voir cette entraide et générosité dans les moments difficiles.

 

One Reply to “Bilan après le tremblement de terre du 14 Novembre”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *