L’arrivée d’Olivia

Après 5 jours de retard qui nous ont semblé une éternité, notre petite Olivia est enfin née le 4 septembre. Tout est allé très vite (enfin, cela dépend du point de vue…) et il y a même un petit garçon qui ne s’est aperçu de rien et qui s’est réveillé au petit matin pour découvrir sa petite soeur fraichement arrivée.

Tout a commencé mardi matin, quand Anaïs a vu la sage-femme à la maison pour le rendez-vous hebdomadaire. Comme bébé avait déjà quelques jours de retard, la discussion avait beaucoup tourné autour des différentes propositions de déclenchement de l’accouchement. Une heure plus tard, pendant la pause déjeuner, Christophe a appelé Anaïs pour prendre des nouvelles et c’est là qu’au beau milieu de la conversation, Anaïs a senti qu’elle perdait les eaux !Apparemment il n’y a environ que 15% des femmes qui perdent les eaux avant que le travail ne commence, c’est assez marrant que cela nous soit arrivé les deux fois ! Ah oui, Christophe était chez le coiffeur et était sur le point de se faire couper les cheveux. Après quelques minutes de réflexion, on a décidé qu’il avait le temps pour la coupe puisqu’il n’y avait pas encore vraiment de contractions. Tant pis, si ça devait arriver plus vite que prévu, il n’aurait qu’une moitié de tête de faite 😀 (Finalement, il avait largement le temps de se faire couper les cheveux et on a même dû attendre tout l’après-midi et toute la soirée…).

On a donc passé l’après-midi à attendre la montée des contractions, qui étaient présentes mais irrégulières et pas vraiment douloureuses. Christophe est allé chercher Marty à la crèche et on a demandé à notre copine Emma de venir dormir à la maison car il y avait de très grosses chances qu’on doive aller à l’hôpital pendant la nuit. On a passé la soirée ensemble et les contractions devenaient plus douloureuses mais toujours assez espacées, de l’ordre de 10 minutes. On nous avait dit d’attendre qu’elles soient bien régulières et espacées d’environ 5 minutes avant d’aller à la maternité. On est allé se coucher afin de se reposer tant qu’on pouvait. Pas question de s’endormir quand on a une grosse contraction d’une minute toutes les 8 minutes…  Et là il faut dire qu’elles devenaient bien douloureuses ! Un peu avant 23h30, ç’en est trop, ça fait trop mal. Christophe force Anaïs à se lever pour l’emmener à la maternité. Mais on n’est toujours pas à 5 minutes d’écart lui répond Anaïs… Nous dirons juste qu’il était grand temps d’y aller et qu’il vaut mieux écouter ses instincts plutôt que des règles générales.

On est arrivé à minuit à l’hôpital après un trajet sans traffic et 2-3 énormes contractions dans la voiture. L’ascenseur de nuit ne marchait pas bien, il était bloqué au niveau du parking, Christophe a dû appelé l’accueil 3 fois pendant qu’Anaïs était en pleurs, à se tordre de douleur, l’arrivée était un peu folklo ! Arrivés dans la chambre, on a retrouvé notre sage-femme, qui avait commencé à remplir la grande baignoire. Quelques minutes plus tard, Anaïs était déjà dans l’eau, et une heure plus tard, elle poussait bébé vers la sortie. Christophe se rappellera toute sa vie de cette image du bébé qui sort et “nage” jusqu’à la surface pour pousser son premier cri.

Les heures suivantes, nous avons doucement appris à nous connaitre, on s’est beaucoup regardé et Olivia a pu commencer à téter, elle a toute de suite eu le coup. Plus tard, on l’a pesée et habillée, c’est un poids plume de tout juste 3kg. Comme tout s’était bien passé et que maman et bébé n’ont eu aucune complication et intervention médicale, la sage-femme nous a proposé d’aller en chambre double ou de rentrer chez nous après 3 heures de surveillance. Elle reviendrait nous voir à la maison le midi, puis les jours suivants si on souhaitait rentrer. On a donc décidé de rentrer chez nous. Nous avions hésité avec une naissance à la maison mais avions peur d’éventuelles complications donc avions finalement opté pour l’hôpital. En fin de compte, nous avons été très contents de l’option choisie.

De retour à la maison à 5h du matin, nous sommes restés nous reposer dans le salon jusqu’au réveil de Marty, qui n’a pas vraiment tardé ce jour là. Il était debout avant 6h, ce qui n’est vraiment pas à son habitude. Il est venu s’allonger avec nous sur le canapé, dans le noir. Puis 30min plus tard, petite Olivia a commencé à faire ses petits bruits de bébé. Marty s’est levé et a dit “bébé ???” On a alors allumé la lumière, il était tellement étonné et content, c’était adorable ! Il a vérifié qu’elle était au complet 😀 en comptant qu’elle avait bien deux pieds et deux mains, deux yeux, un nez, une bouche et deux oreilles. Ceci fait, elle a toute de suite été admise dans la famille ! Il est très très fier d’être grand frère depuis maintenant deux semaines.

2 thoughts on “L’arrivée d’Olivia

  1. GACHINIARD Didier

    Nous relisons cette naissance avec plaisir, mais pour nous le temps a été long à l’autre bout du monde , soulagé, ça faisait plusieurs nuits qu’on dormait mal , le téléphone dans la chambre pour ne pas rater ce moment là !
    Maintenant , c’est une grande joie d’avoir une petite fille , nous qui n’avons pas eu de fille , nous allons pouvoir regarder les rayons des robes etc etc ….
    Nous admirons notre petit Marty dans ses gestes et conversations avec Olivia.
    Félicitations à vous deux .
    Gros bisous à vous quatre

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *