Parlons du COVID-19 car on a du temps en confinement

Bon nombre de scientifiques avaient prédit l’arrivée d’un super virus dans les décennies à venir, il était connu sous le nom de maladie X par l’Organisation Mondiale de la Santé et il était annoncé qu’il proviendrait surement d’un marché d’animaux sauvages avec des conditions d’hygiènes déplorables comme on peut trouver en Chine et autres pays d’Asie. Et bien nous y voilà, et ce virus a un nom : COVID-19 ou encore Coronavirus. Afin de limiter sa propagation rapide, les gouvernements dans le monde entier adoptent le confinement. Quand est-il de la Nouvelle-Zélande ? Comment le vivons nous ?

Le nombre de cas positifs a fortement augmenté ces deux dernières semaines ici, dû au grand nombre de personnes rentrant au pays en urgence. Depuis 2 semaines, toute personne entrant sur le territoire doit faire une quarantaine de 15 jours chez soi mais cela n’a pas suffit à stopper le virus de se répandre. Nous rejoignons le club des pays en confinement total à partir de ce mercredi 25 mars 2020 et ce pour une durée de 4 semaines pour commencer. Le gouvernement fournit des messages assez clairs et transparents sur ce que l’on peut faire et ne pas faire ainsi que nous informer sur les aides financières et psychologiques disponibles. Nous ne sommes qu’au début du combat avec 451 personnes testées positives et 12 personnes actuellement hospitalisées (chiffre du 28 mars). Malgré quelques incidents les premiers jours, la population semble respecter les règles, en espérant que cela soit suffisant pour ne pas atteindre le seuil critique où les services hospitaliers sont au delà de leur capacité maximale. Seuls les balades à proximité de la maison sont tolérées. Les règles sont simples, on reste à la maison et on ne sort que pour faire des courses au supermarché ou docteur/pharmacie et on évite tout contact avec autrui bien entendu. Les caisses de supermarché sont désinfectées après chaque clients, les autorités contrôlent le nombre de personnes maximum dans le magasin. Les frontières sont maintenant fermées jusqu’à nouvel ordre, seul les ressortissants néo-zélandais peuvent rentrer sur le territoire en faisant une quarantaine obligatoire contrôlée.

Anais étant en congés maternité sans solde jusqu’au mois de juillet, rien de bien différent côté travail. La crèche a fermé ses portes donc Marty rejoint Olivia à la maison. Christophe a un bureau dans la chambre d’amis et la chance de pouvoir travailler à distance. À cause du risque de tremblement de terre, les entreprises de l’informatique sont plutôt bien préparées à l’éventualité de travailler uniquement depuis la maison et ce pendant de longues périodes. Donc pas de difficultés majeures pour le moment, 5 jours en télétravail par semaine pour une durée indéterminée. Etant à son compte par contre, l’incertitude est plus grande qu’en CDI, pour le moment rien ne change alors on ne va pas s’inquiéter pour rien. Notre voyage en France a évidemment été annulé, difficile de prédire le futur et de savoir quand nous pourrons venir, statut : à déterminer !

Les nouvelles de France et de partout dans le monde arrivent continuellement, le monde entier semble souffrir de plus en plus chaque jour et il est difficile de garder le moral parfois. Les enfants et les appels vidéos aident à se sentir moins seuls et plus proches. Il est parfois difficile de trouver des activités à faire avec Marty et nous ne sommes qu’à la première semaine. Après , il faut savoir relativiser : nous avons une grande maison avec un jardin, nous sommes tous les quatre en bonne santé, Christophe peut continuer à travailler et n’avons encore pas de famille ayant sa vie en danger à cause de ce virus. On fait de la cuisine avec Marty, il semble adorer cela. Nous faisons de la peinture, lisons des livres, jeux, puzzles, collages, séances de dance et parcours du combattant avec papa quand on ne peut pas se défouler à l’extérieur. Quand nous sommes à bout d’idées et de patience, quelques dessins animés permettent de retrouver le calme à la maison.

Soyez plein de courage et surtout restez chez vous car c’est la meilleure chose à faire. Il y a un moyen bien connu pour détruire ce virus, c’est de se laver les mains, alors pensez y. Pour le coup, l’expression loin des yeux loin du coeur ne s’applique pas à la situation actuelle, ne pas voir papy mamie veut dire que vous tenez beaucoup à eux pendant l’épidémie 🙂

On vous laisse avec quelques photos de nous:

1 thought on “Parlons du COVID-19 car on a du temps en confinement

  1. Mickaël fb

    Un coucou de la France et de la cdc. Ici aussi tous à la maison et en télétravail. Prenez soin de vos 2 petits amours. Bon courage à vous.

    Ps: Les photos sont top !
    A+
    Mickaël

    Reply

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *